Whakarewarewa thermal village

Hier on s’est couché tard et du coup ce matin on prend notre temps sur les bords du lac Okareka sous le soleil et la pluie en même temps… Étrange météo qui va durer toute la journée!

À quelques kilomètres du camp, on se rend à un point de vue entre le Blue et le Green Lake. Certes, il y a bien une différence de couleur entre les 2 lacs mais elle n’est pas si évidente que cela. Peut être qu’avec un jour de grand ciel bleu, la distinction ce fait plus nettement.
On mange sur le parking à l’abris dans le van avant de rejoindre le village thermal de Whakarewarewa.

Première surprise, le village est habité par une cinquantaine de Maori, de quoi nous offrir un peu plus d’authenticité qu’hier soir. On commence par faire un petit tour par nous même du côté des lacs chauds et des bains de boue avant d’aller assister à un spectacle.
Deuxième surprise, alors que l’on prend place, on s’aperçoit que 2 des danseurs/chanteurs/guerriers étaient déjà présents hier soir. Tu parles d’authenticité!
Le spectacle en lui même, s’il reste sympathique, n’est qu’une version courte de ce que l’on a pu voir hier soir. Bref, ça sent le réchauffé et on se dit que notre “combo” aurait pût être fait un peu plus intelligemment :/

Après ça, on a le droit à une visite guidée du village qui s’avère bien plus intéressante. À l’entrée du village les enfants – les Penny divers – plongent sous le pont pour récupérer les pièces jetées par les touristes, une tradition (les habitants font des visites guidées depuis plus de 100 ans).
Après le pont, sont disposées des répliques de maisons ancestrales. Elles sont toutes petites car ne servaient que de chambres à coucher et en cas d’attaque du village les assaillants devaient se pencher tête la première pour y rentrer les laissant très vulnérables.
On poursuit par la maison commune – Marae – que l’on trouve un peu partout à travers le pays. Les couleurs rouge, blanc et noir représentent le sang, le ciel et la terre. C’est un endroit sacré et l’on ne peut donc pas y rentrer.
Au centre du village se trouvent les fours dans la terre (hangi) et les bassins qui servent encore aujourd’hui de baignoire, et qui utilisent bien entendu l’eau bouillante naturelle.
On finit par un point de vue sur les geysers Prince of Wales Feathers et Pohutu qui peuvent atteindre respectivement jusqu’à 20 et 30 mètres de hauteur, mais ça ne sera malheureusement pas le cas aujourd’hui.

Avant que le village ne ferme ses portes, nous faisons un dernier tour parmi les lacs chauds qui l’entourent et nous reprenons la route.
Ce soir, on opte pour un camping (il est temps de prendre une vraie douche!) pas cher sur les rives du lac Rotorua nous offrant une magnifique vue et un beau coucher de soleil.

Galerie photos

3 comments  •  Leave a reply

  • Carole  •  

    December 22, 2012

    Autant l’autre village on a été déçus que celui là non. Car justement la nana nous disait y habiter, elle nous expliquait que les maoris profitent pleinement de ce que les européens ont apportés sur leur territoire. Ils se sont adaptés tout en gardant un peu leurs coutumes. Ils ont bien l’électroménager et la salle de bain dans leurs maisons d’aujourd’hui mais ils utilisent toujours les bains quand le village ferme ses portes aux touristes (on est partis un peu à la bourre on a vu les gosses s’y mettre). Ils utilisent toujours les hangis mais avec des matériaux d’aujourd’hui, dans un hangi il y avait du pudding en train de cuire, dans un moule à gâteau et emballé dans du sachet plastique.

  • Elise_ET  •  

    December 22, 2012

    dites donc, j’ai l’impression que les tatouages maoris sont solubles dans l’eau thermale !! en tout cas, c’est valable pour vos 2 danseurs communs aux 2 spectacles 😉
    ils ont eu raison de n’afficher que le surnom du village plutôt que le nom complet… c’est beaucoup plus simple à dire 😛 Pauvres Européens que nous sommes, 4 syllabes et on est perdu !

  • Elise_ET  •  

    December 22, 2012

    hum… un peu dommage ce côté maori-land ! c’est bête de faire passer cette culture comme une attraction et pas comme une chose vécue au quotidien. il faut sans doute faire partie de la communauté pour connaître vraiment comment vivent actuellement les Maoris et faire la différence avec le folklore.
    sinon, aujourd’hui, c’est (encore pour nous) le 21 déc. j’ai pas entendu dire que l’Australie ou la Nelle-Zélande avaient disparu. y a peut-être un petit espoir pour nous de voir le lendemain de la fin du monde 😀

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *