Dernier regard sur la capitale

La Golden week est terminée, aujourd’hui les japonais retourne à l’école et au travail. Le fish market est donc de nouveau ouvert. Il parait qu’il faut aller voir les enchères sur le thon, sauf qu’il faut s’y rendre au plus tard à 4h du matin. Peu courageux, on préfère seulement visiter le marché vers 8h30. On avait pas compris, mais il semblerait que l’accès nous y était interdit avant 9h, du coup on était presque les seuls visiteurs pendant que les poissonniers étaient encore en pleine préparation. Dans ce grand marché abrité et éclairé par de vieilles ampoules incandescentes, la star est le thon. Chaque étale en a acheté aux enchères le matin même. D’autres poissons se battent encore pour survivre dans les caisses en polystyrène. Heureusement, on est pas tombé sur de la baleine ou des ailerons de requins, rien de trop choquant on va dire, même si globalement on se balade dans un marché de la mort et c’est plutôt pesant…

Quand on ressort on a l’impression d’être dans un film de science fiction. Des hommes seuls, en costard noir, cravate et porte-document à la main, partout. On a pas la “chance” de prendre le métro aux heures de pointes pour voir les agents bourrer les voyageurs dans le métro, c’est surement mieux pour nous. Dans le métro il y a des voitures réservées au femmes pour ces heures de pointes, probablement pour éviter d’être seules collées à tous ces hommes. Aurélien nous en a appris une bonne à propos des suicides. On sait que le Japon a un taux de suicides élevé, et on a cette image de l’homme en costard se jetant devant le métro… Il nous explique quand une personne se suicide de cette façon, la famille doit dédommager la compagnie de métro pour les bénéfices perdus et les réparations. La somme exorbitante les endette souvent à vie, c’est pourquoi certains japonais passerait à l’acte pour satisfaire une vengeance…

On grimpe dans un building alentour pour avoir une vue sur le marché et le parc que nous avons visité il y a deux jours. Non loin, au pied de la tour de la télévision nipponne, une énorme horloge nous rappelle de nombreux dessins animés. La “Really Big Clock” est une oeuvre du mangaka et réalisateur Hayao Miyazaki. L’horloge est censée s’animer à certaines heures, on attend patiemment mais rien ne se passe…

On repasse à l’hôtel pour faire une lessive avant de filer à Ueno où se trouve le Musée National de Tokyo. On voulait se cultiver sur l’histoire japonaise mais le musée est fermé. Juste à côté se trouve le zoo, on décide d’y aller pour y voir les pandas. Le bonheur de voir de vrais pandas est vite atténué par le fait qu’ils sont séparés, dans de petit enclos, et qu’ils tournent en rond, inlassablement et tristement. À chaque fois c’est la même chose malheureusement, quand on rentre dans un zoo, on le regrette assez rapidement, car rare sont les grands enclos et les animaux heureux. On prend un gros coup sur le moral en voyant plusieurs macaques japonais dans un enclos grillagé et bétonné, vide. Ils se collent à la grille et nous regardent avec peine et envie. Cet enfermement ne les rend pas seulement tristes mais aussi en mauvaise santé… On ne vous montrera pas ceux en mauvais état, mais vous allez voir la différence entre ceux dans la cage et ceux dans le très grand enclos ouvert. On termine notre tour rapidement en voyant notamment un ours polaire donc l’accès à l’eau est fermé, en train de baver de chaud et de soif… Décidément, cette journée n’est pas sous le signe du bien être animal.

En fin d’après-midi on profite d’une dernière vue sur la capitale depuis le siège du gouvernement métropolitain. On ne verra pas Fuji, caché derrière les nuages mais on verra enfin la petite tour de Tokyo. La ville s’étend à perte de vue.
Il y a un magasin de souvenir là haut, mais figurez-vous qu’il est difficile de trouver des cartes postales à vous envoyer! Le peu que l’on trouve n’est pas très joli joli…

Avant de rentrer on s’arrête à Roppongi. Ce quartier est réputé pour être animé la nuit, mais on y verra rien de particulier, peut être que l’on est pas passé au bon endroit. Quoi qu’il en soit, il nous faut rentrer refaire les valises et prendre une bonne nuit de sommeil avant de partir pour une boucle dans les alpes.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *